Podologue, bilan postural, semelles… Pour qui ? Pourquoi ?

En tant que sportif, et plus particulièrement les coureurs, nous devons prendre soin de nos pieds mais comment faire ?

Cette semaine, nous avons rencontré un spécialiste : Pierre-jean Rambault, pédicure podologue, qui a accepté de répondre à quelques questions pour nous guider.

En quoi consiste votre métier ?

La pédicurie consiste à traiter les affections au niveau du pied (cor, peau morte, mycose, hématome sous l’ongle etc.). Le pied du coureur subit beaucoup de traumatismes, surtout si la distance est de plus en plus longue. En effet, l’accumulation de peau morte sous le pied engendre la mise au repos des récepteurs de cette zone, la proprioception est alors moins bonne entrainant un risque de moins bonne stabilité. Cette « instabilité » risque d’entrainer une compensation du corps qui pourra être source de douleur.

La podologie consiste à traiter une douleur mécanique ou non grâce à la mise en place de semelles dans la chaussure. Deux types de bilan sont possibles : soit un bilan postural , c’est-à-dire un bilan de l’ensemble du corps, soit un bilan podologique classique, l’analyse se fera alors du pied jusqu’au bassin.

A quelle fréquence doit-on faire une visite chez le pédicure podologue ?

Pour la pédicure, quand il n’y a pas de douleur, une visite annuelle me semble bien.

Pour la podologie, quelque soit le niveau, un bilan en début de saison est interessant. Il permet d’expliquer au coureur sa posture et de donner des conseils sur les étirements, sur certains exercices à faire afin d’éviter au maximum les blessures au cours d’une saison. Un bilan ne débouche pas forcement sur une semelle. La semelle doit être une aide temporaire en cas de douleur ou pour être le mieux équilibré possible pour éviter une perte d’énergie au cours de l’effort physique.

Peut on courir avec n’importe quelle chaussure ? Quelle est l’importance d’un bon choix de chaussure ?

La chose primordiale pour n’importe quel coureur (mais surtout pour le coureur débutant), c’est d’avoir le geste juste et une bonne technique  (une foulée correcte dans la course à pied) pour éviter les compensations du corps qui peuvent être à l’origine de douleurs. Très souvent, juste en améliorant sa technique, les douleurs disparaissent rapidement.

Ensuite, la chaussure est très importante dans la course à pied. Il faut jamais acheter une chaussure uniquement pour son esthétisme. Une chaussure mal adaptée entraînera une compensation du corps qui pourra être source de douleur. Grâce au bilan postural et en observant la démarche du patient, le podologue pourra conseiller son patient sur certains modèles de chaussures (pronatrice, supinatrice, amortissante, stabilité , dynamisme…). La deuxième cause de douleur lors de la course à pied après la mauvaise technique de course , c’est la chaussure.

Dans le cas ou la technique est bonne, que la chaussure l’est également, alors on pourra envisager un traitement par semelles.

Un porteur de semelles pour la pratique du sport, doit il également porter des semelles au quotidien ? 

Les semelles de sport diffèrent des semelles de ville. Les matériaux ne sont pas les mêmes; les semelles de sport sont toujours plus épaisses. Les semelles dite semi-posturales sont très fines (hauteur des matériaux 2mm max). Les semelles de ville seront toujours plus correctrices que celles dans le sport. En fonction de la pathologie du patient et après discussion avec celui-ci, parfois, seules les chaussures de ville sont appareillées.

Un porteur de semelles devra-t-il en porter toute sa vie ?

Ce n’est pas parce qu’un moment donné un patient porte des semelles qu’il doit en porter jusqu’à la fin de sa vie. C’est la raison pour laquelle un bilan postural en début de saison est nécessaire afin de voir la posture du patient après 1 an de port de semelle.

L’avantage du bilan postural est de chercher la cause responsable de la douleur. Aussi étonnant que cela puisse paraître, une douleur au dent, un problème d’oreille interne, un problème de vision peuvent être la cause d’une douleur au genou, au pied, etc.

Le podologue pourra alors orienter son patient vers un autre confrère d’une autre spécialité médicale (dentiste, ORL, etc.) ou encore vers un ostéopathe, il y a une très grande complémentarité entre le podologue et l’ostéopathe.

Un dernier conseil pour nos athlètes ?

La technique de course est primordiale. Ne jamais oublier les étirements après chaque entraînement, le gainage abdominale (cela permet de muscler la ceinture abdominale et ainsi de se tenir « droit » au niveau du dos et du haut du corps), des exercices pour améliorer la proprioception (une bonne proprioception vous donnera une bonne stabilité; exercices d’abord yeux ouverts et ensuite yeux fermés). Ensuite, un bon choix de chaussures. Et enfin les semelles en association avec des autres spécialités (dentiste, ostéo, kiné, etc.) si les douleurs persistent.

Quelques exercices proprioceptifs :

-        Se mettre sur une seule jambe (pied nu), et maintenir la position pendant 30sec voire 1min, d’abord yeux ouverts puis ensuite yeux fermés (faire jambe gauche puis droite).

-        Même exercice en fléchissant le genou d’abord yeux ouverts puis ensuite yeux fermés.

-        Courir pieds nus dans l’herbe.

-        Faire de petits sauts en réceptionnant sur l’arrête d’un banc ou d’un trottoir.